Les chats sont-ils des Super-héros ?

Nos amis les chats ont parfois à nos yeux des comportements héroïques dont de nombreuses vidéos viennent accréditer les exploits.
Nous avons donc souhaité faire la lumière sur ces comportements en vous expliquant, à partir de cas concrets, la psychologie de nos petits héros à poils.

L’enfance du chat super-héros

Les chats domestiques, lorsqu’ils sont chatons, sont très tôt au contact des êtres humains. Ils doivent apprendre à faire leur « connaissance » et à les considérer comme « des amis ».
Ce phénomène, appelé « imprégnation et socialisation primaire », se produit entre le 9ème jour et la 9ème semaine de vie du chaton.

Il est renforcé par les jeux et les interactions entre le chat et ses maîtres. Le chat de la famille peut donc ainsi considérer ses membres comme des « amis » et les intégrer dans son « groupe social » et son territoire.

Ceci explique qu’un chat sauvage qui n’a pas eu cette imprégnation sera donc beaucoup plus distant et agressif avec les êtres humains.

Le règne du chat super-héros sur son territoire

Le marquage du territoire

Le chat est un animal territorial. Il a un territoire qu’il marque de ses phéromones en se frottant, en urinant ou se faisant les griffes sur les endroits stratégiques (consultez notre article sur les griffoirs). Il tolère donc assez mal qu’un « étranger » entre dans cette zone territoriale.

La défense du territoire

Dans cet exemple, on peut penser que le chat se jette courageusement au combat contre cet ours pour protéger ses maîtres. Cependant il s’agit uniquement de la défense de son territoire. Ce comportement peut aussi s’expliquer par « l’excitation » que suscite le comportement des maîtres en tapant sur la vitre et en criant, ce qui est inhabituel pour le chat et vient donc activer son comportement « d’agression suite à une irritation », comme nous le reverrons par la suite dans l’exemple sur les fausses représentations.

La défense du groupe social

Dans cet exemple, on pense que ce chat courageux se jette sur le chien pour sauver son petit maître. Il y a sans doute du vrai dans cette représentation.
Cependant la raison première est sans doute la défense de son territoire vis-à-vis du chien qui vient agresser le petit garçon.

Ensuite nous pouvons envisager, comme nous l’avons vu précédemment, que le chat s’est « imprégné » de son maître et le considère comme « membre de son groupe social ». Cela ajoute donc une raison pour le chat d’intervenir pour défendre ce membre du groupe qui lui est proche.

Les humains ont cependant tendance à entretenir avec leur chat un comportement parental (en les nourrissant, les protégeant, en les appelant « mon bébé ») et attendent en retour du chat qu’il ait ce même comportement protecteur vis-à-vis de ses maîtres…  ce n’est cependant pas toujours le cas.

Les fausses représentations du chat super-héros

Ces fausses attentes des maîtres vis-à-vis des chats peuvent leur faire penser que leur chat à un comportement héroïque et protecteur, alors que parfois ce n’est pas du tout le cas.
Ainsi, dans cet exemple, on peut penser que le chat qui est à l’étage a entendu un bruit inquiétant pour le « bébé » qui est en bas et va donc lui prêter main forte contre la méchante baby-sitter.

Cependant il s’agit de ce que l’on appelle une « agression par irritation »  puisque le bruit du verre cassé vient déranger le chat dans son sommeil. Celui-ci, « excité » par le bruit, vient voir son origine, puis « redirige » cette agression sur un être humain inoffensif qu’il ne connaît pas. Ces comportements peuvent être parfois observés chez des chats d’humeur dépressive ou pathologique. Le meilleur comportement que la baby-sitter aurait dû adopter ici serait de rester immobile le temps que l’excitation du chat redescende et que celui-ci se calme de lui-même.
 On peut d’ailleurs observer que le 2ème chat présent n’a pas du tout le même comportement.

Pour résumer

Nos amis les chats sont parfois de vrais « super-héros » courageux surtout pour la défense de leur territoire. Il faut cependant veiller à ne pas projeter sur eux toutes nos représentations sociales bien différentes de celles des chats.

Au fond, c’est cette complexité dans leur comportement et parfois la curiosité de leurs réactions qui font qu’on les aime tant.


Je vous conseille la lecture de ce livre de Joël Dehasse très complet sur la psychologie du chat qui m’a servi de référence pour la rédaction de cet article : Tout sur la psychologie du chat