Chat part en vacances #2 : destination Key West et ses chats polydactyles

Après notre première escale à Rome, destination maintenant les Etats-Unis et plus précisément la Floride !

Direction l’île de Key West dans le sud la Floride !

150 miles (240km) à parcourir depuis Miami, soit 4 heures de route durant lesquelles on traverse les fameux « keys » qui sont des îles en chapelet au sud de l’état reliées par une autoroute qui à elle seule vaut le détour par la beauté de la vue et l’impression de voler au-dessus de l’eau.

Le nom de cet archipel corallien ne vient pas de l’anglais « key » (clé) mais de l’espagnol « cayos » (la caye ou le récif), l’état ayant longtemps été une propriété espagnole. 
Après avoir traversé toutes les îles, vous voilà arrivés au bout du monde, au très chic et charmant Key West, lieu de prédilection d’un certain nombre d’intellectuels américains.

Le vieil homme et les chats

Mais quelle histoire particulière cette île paradisiaque américaine peut bien avoir avec les chats ?

Et bien, en autres intellectuels qui étaient de passage ou qui y logeaient, se trouvait l’écrivain et prix Nobel de littérature Ernest Hemingway, auteur du célèbre « Le vieil homme et la mer » qui lui valut d’ailleurs le prix Pulitzer.

Vous ne voyez toujours pas le rapport avec les chats ?

Et bien, il faut savoir qu’Hemingway avait de nombreux amis marins. Il était d’ailleurs lui-même pêcheur au gros (big-game fishing), d’où son inspiration et la grande documentation de son célèbre roman. Et comme, vous avez pu l’apprendre dans notre précédent article sur la malédiction des chats noirs, les marins ont toujours fait partie des amateurs de chats. Or, lors d’une soirée très alcoolisée comme il en avait l’habitude, l’écrivain se vit offrir par un capitaine de bateau un chat à six doigts blanc, qu’il nomma Snowball. L’homme est alors vite tombé amoureux du félin et notamment de ce type de chat polydactyle pour lequel il s’est pris de passion au point d’en adopter plusieurs dizaines.

Il n’était d’ailleurs pas le seul car l’ancien président des Etats-Unis, Théodore Roosevelt, les aimait aussi beaucoup et a vécu à la Maison Blanche avec un chat à six orteils nommé Slippers.

Dans sa maison de Key West, de style colonial espagnol et son énorme jardin, l’écrivain hébergeait donc tous ces félins, dont la moitié étaient polydactyles.

Depuis sa mort en 1961, sa demeure a été transformée en musée et son jardin abrite encore aujourd’hui les descendants de ces chats. Il en reste encore une soixantaine, dont une trentaine qui sont polydactyles.

Les chats polydactiles ou « chats pouces »

De l’anglais « thumb cat » ou encore autrement appelés « hyperdactyles », ces chats ont la particularité de posséder sur une ou toutes les pattes des doigts supplémentaires du fait d’une mutation génétique.
En effet, les chats possèdent normalement quatre doigts et un ergot sur les pattes avant et quatre aux pattes arrière. Un chat polydactyle peut quant à lui posséder jusqu’à sept doigts indifféremment à l’avant (ce qui est le plus fréquent) ou sur toutes ses pattes (ce qui est plus rare, et encore plus pour ce qui est seulement des pattes arrière). « Diverses variations de quatre à sept orteils sont communes, bien que chaque paire de pattes puisse ne pas avoir un nombre identique de doigts. »
« Les orteils supplémentaires peuvent avoir l’apparence d’un pouce et se trouver vers l’intérieur de la patte. Il s’agit de polydactylie pré-axiale et c’est cette forme qui a donné lieu au surnom de « chat-pouce » ou « thumb cat ».

Il peuvent également se mêler aux autres orteils et se trouver vers l’extérieur de la patte, comme si le chat possédait des « petits » orteils supplémentaires. Il s’agit de polydactylie post-axiale. »

Cette anomalie n’est pas une maladie mais une malformation congénitale qui est héritée génétiquement du fait de la dominance du gène responsable. Cependant, un chat qui présente cette particularité ne donne pas nécessairement naissance à un chaton polydactyle, la transmission du gène étant variable.
Elle n’est mortelle ni handicapante, et ne nécessite pas d’être corrigée. « Cependant il peut s’avérer nécessaire de surveiller les pattes de ces chats de plus près, car la position de certains orteils peut favoriser l’apparition de griffes incarnées. Ces orteils peuvent aussi être plus sujets aux fractures que les autres, car certains n’ont pas d’os les rattachant au reste de la patte. »

Mais certains de ces chats peuvent au contraire développer une plus grande habileté, notamment ces fameux chats-pouces à 6 doigts qui, avec leur orteil opposé aux autres comme celui des mains humaines, arrivent à ouvrir des loquets de portes ou à chasser avec une seule patte !

Deux races sont particulièrement polydactyles : le Main Coon et le Pixie-Bob, ces derniers descendants directement de chats polydactyles.
« Dans leur pedigree et dès que possible, à leur nom officiel sont ajoutées la lettre « P » pour les chats polydactyles aux pattes avant, et les lettres « PP’ pour les chats polydactyles aux quatre pattes. »

On les trouve donc particulièrement sur le côte Est des Etats-Unis. D’ailleurs, non loin de là, le chat ayant le plus grand nombre d’orteils enregistré à ce jour dans le Livre Guinness des records s’appelle Jake et vit à Bonfield en Ontario au Canada. Ils possèdent 28 doigts en tout !

Mais on en trouve aussi dans le sud-ouest de l’Angleterre et aux Pays de Galles (où ils sont d’ailleurs appelés les « Cardi-Cats »).

Ils sont quasi-absents ou plus rares sur le continent européens. Certains évoquent comme explication les massacres de chats, encore plus de ceux sortant de l’ordinaire comme les chats noirs ou les chats polydactyles, qui ont eu lieu notamment au Moyen-Âge au nom de superstitions et de peurs liées à leurs liens supposés avec la pratique hérétique de la sorcellerie (si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à aller lire notre précédent article sur la malédiction des chats noirs).
Cependant, comme nous le disions plus haut, les chats étaient appréciés des marins qu’ils considéraient comme des porte-bonheurs. Et ceux polydactyles l’étaient encore plus du fait de leur rareté mais aussi par leur grande habileté leur permettant d’être de très bons chasseurs « capables de protéger les provisions des rats. Ils auraient aussi un meilleur équilibre, ce qui leur permettait de mieux résister aux tempêtes en mer. »
Ce qui explique un peu mieux que ce premier chat polydactyle offert à Hemingway soit venu d’un capitaine de bateau.

Mais un jour, Hemingway a fini par quitter la quiétude de Key West et ses chats polydactyles pour partir suivre la guerre en Europe, ce qui donna d’ailleurs son livre « L’adieu aux armes ». Et en 1961, trop malade physiquement et psychologiquement, il finit par se suicider à l’aide d’un fusil.
Mais il leur a laissé son jardin et son nom.

En effet, les chats, eux, sont restés et ont pris avec le temps et la réputation de leur maître son nom. C’est ainsi qu’on parle familièrement d’ « Hemingway Cat » voire même simplement « Hemingway » pour désigner les chats polydactyles.

Visiter la maison d’Hemingway et son jardin aux chats polydactyles

Si vous souhaitez visiter la maison de l’écrivain et le musée qui lui est consacré, ainsi que le jardin pour y apercevoir les « Hemingway cats », voici quelques informations.

Accès : Ernest Hemingway Home & Museum
907 Whitehead Street
Key West,
Florida 33040-7411

Tarifs : $14 pour les adultes, $6 pour les enfants de 6 à 12 ans, gratuit pour les enfants de moins de 5 ans.

La visite du musée comprend un tour guidé de 30 minutes.

A savoir que seul le paiement en liquide est aujourd’hui accepté et que les mineurs de moins de 16 ans doivent être accompagnés d’une personne majeure.

Horaires : tous les jours de l’année, vacances incluses, de 9h à 17h.

En bref

Si vous êtes de passage en Floride, rien que pour le paysage, allez visiter les « Keys ». Et tant qu’à faire, allez jusqu’à ce petit bout du monde qu’est Key West pour découvrir l’histoire et la maison du célèbre écrivain, mais surtout pour rencontrer ses protégés si uniques et particuliers que sont les chats polydactyles.

Certains amateurs, voire admirateurs, de chats disent d’eux qu’il ne leur manque plus que le pouce opposable pour dominer le monde !? Avec les chats-pouces d’Hemingway, c’est chose faite ! Mais ne le dites à personne, ils préfèrent plutôt profiter de la tranquillité de Key West… 😉

Sources : Hemingway Home, Pawpeds, Holidogtimes, Micetto, Wikipédia