Chat part en vacances #3 : destination Londres et le « Chief Mouser » du Premier Ministre

Après l’Italie et les Etats-Unis, direction maintenant le Royaume-Uni et plus précisément Londres. Et même pour être encore plus précis, la célèbre adresse du 10 Downing Street.

Normalement cette adresse doit vous dire quelque chose et vous en avez sûrement déjà entendu parler. Si l’adresse ne vous dit rien, vous devez certainement connaître cette porte.

Le 10 Downing Street

Le « Number Ten », comme les Britanniques l’appellent, est l’une des plus célèbres adresses de Londres puisqu’elle est celle du lieu de travail et de résidence officielle du Premier Ministre du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord.

Downing Street est située dans la Cité de Westminster, non loin du palais du même nom qui n’est autre que le lieu où se trouvent les Chambres du Parlement (Houses of Parliament), et du palais de Buckingham, lieu de résidence de la Reine.

Robert Walpole, considéré comme le « premier » Premier Ministre du fait de sa capacité à constituer un cabinet avec une équipe dont il a réussi à faire travailler en commun tous les membres contrairement à ses prédécesseurs, et qui devient entre autre « Premier Lord au Trésor » en avril 1721, se voit offrir en 1732 pour services rendus à la nation par le Roi George II le 10 Downing Street (maison de centre ville modeste datant de 1685), sa « house at the back » (manoir construit vers 1530) ainsi qu’une petite maison voisine, qui furent réunies en une maison agrandie qu’on connaît aujourd’hui. Il accepta ce cadeau à condition que ce soit un don à la fonction de Premier Lord au Trésor et non pas à lui-même personnellement. Le Roi accepta et la propriété est ainsi transmise à chaque Premier Lord depuis. Ce poste est tenu conjointement à celui de Premier Ministre depuis 1905, ce qui en fait l’adresse officielle du chef du gouvernement britannique.

A cette adresse se trouve plus de 100 pièces dont les bureaux du Premier Ministre, de ses secrétaires, de ses assistants, de ses conseillers, ainsi que de nombreuses salles de conférence et des salles à manger pour pouvoir recevoir des personnalités officielles, des représentants politiques et des dirigeants du monde entier. Enfin, on y trouve également les appartements privés du Premier Ministre qui se situent au 3ème étage.

Photo FlickR de Number10

Pour terminer la présentation de cette célèbre adresse, quelques petites anecdotes pêle-mêle. Le saviez-vous :

  • cette façade emblématique par ses briques noires était en fait jaune à l’origine. Mais deux siècles de pollution atmosphérique et le fameux smog londonien au 18 et 19ème siècle ont fait leur œuvre et habitué les anglais à voir le bâtiment tout en noir à tel point qu’après avoir été nettoyées, les briques ont finalement été repeintes dans les années 1960 pour conserver cette teinte si particulière qui l’a rendu célèbre.
  • le chiffre 0 du numéro 10 sur la porte actuelle en acier renforcé depuis 1991 est très légèrement penché afin de rendre hommage à la porte d’origine qui était en bois de chêne et dont le zéro était incliné.
  • cette même porte, gardée par un officier de police, est d’ailleurs munie d’un heurtoir en forme de tête de lion mais n’a pas de trou de serrure à l’extérieur et ne peut être ouverte que de l’intérieur par un garde présent jour et nuit afin de pouvoir l’ouvrir quelque soit l’heure car même le Premier Ministre n’a pas les clés !

Ok. Vous aurez peut-être appris aujourd’hui quelque chose sur le 10 Downing Street… ou pas. Mais où sont les chats dans tout ça me direz-vous ?

Le Chief Mouser

Et bien, il faut savoir que cette maison a donc, comme nous l’avons vu, quelques siècles derrière elle et qu’elle se situe à proximité du parc Saint-James. Et ça fait 2 bonnes raisons qui ont favorisé depuis toujours la présence d’animaux « indésirables » tels que les rats ou les souris. Vous me voyez venir…?

Afin de s’occuper des « nuisibles » qui ne vont pas trop dans le décor d’un cabinet aussi important que celui du Premier Ministre, notamment en terme de réputation, on a pensé logiquement à l’adoption d’un félin chasseur de rongeurs dont le coût pour son entretien serait toujours moins important que celui des services d’une entreprise de dératisation.
Même si l’on raconte que cette présence féline dans le bureau du Premier Lord au Trésor , et plus tard au 10 Downing Street, daterait du règne d’Henri VIII (au 16ème siècle) et du chat de bureau du Cardinal Wolsey alors Lord Chancellor, seules des archives datant du 3 juin 1929 sont réellement les premières à mentionner officiellement le chat du Cabinet. Ainsi un des Lords au Trésor autorisa alors « la dépense d’un penny [soit 0,01€] par jour pour l’entretien de l’efficacité d’un chat », somme qui passa en 1932 à un shilling et six pence par semaine (soit 0,20€, donc environ 0,03€ par jour). En 2005, la dépense était de cent livres par an (soit 112€ environ, ce qui représente près de 2€ par semaine, soit 0,30€ environ par jour). Il se dit qu’à l’heure actuelle, victime de l’austérité liée à la crise, aucun « budget » n’est consacré à l’entretien de ce chat qui serait donc nourri par le personnel de Downing Street.

Quelque soit le budget qui lui est consacré, depuis cette époque, un chat est ainsi « employé » par le cabinet du Premier Ministre et considéré comme agent de la fonction publique. Il porte même le titre de « Chief Mouser to the Cabinet Office », soit le Souricier en chef du Cabinet !
Seuls les 4 derniers chats employés ont été considérés comme Chief Mouser et seul celui en activité actuellement porte le titre de manière officielle. Les autres chats se sont vus attribuer ce titre de manière affectueuse par la presse britannique. Et même si plusieurs chats peuvent être hébergés par le Cabinet à un moment donnée, un seul peut avoir le titre.

En tant que « domestique public », le Chief Mouser n’est pas le chat du Premier Ministre et ne part donc pas avec lui à la fin du mandat. C’est ainsi que Wilberforce, le souricier avec la plus grande longévité, servit sous Edward Heath, Harold Wilson, James Callaghan et Margaret Thatcher. Après lui servit Humphrey, qui fut source de différentes rumeurs et polémiques et que Tony Blair mit rapidement à la retraite dès son arrivée, du fait de l’aversion et/ou allergie aux chats supposée de sa femme Cherie. Après lui, il n’y eu donc pas de Chief Mouser jusqu’au départ de Tony Blair en 2007 avec l’arrivée de Sybil.
Si vous souhaitez en savoir plus sur les différents félins qui ont été hébergés par le cabinet du Premier Ministre, allez voir cette liste des chats du 10 Downing Street.

Larry, le souricier en chef « en activité »

L’actuel souricier qui nous intéresse aujourd’hui est, quant à lui, arrivé le 15 février 2011, non pas pour remplacer Sybil (morte en 2009) mais du fait de l’apparition de rats à 2 reprises lors d’interventions en direct de journalistes devant la célèbre adresse. L’équipe de David Cameron a alors fait appel à l’un des plus vieux refuges pour animaux abandonnés de Londres, Battersea Dogs and Cats Home, et ce fut Larry, un chat bicolore blanc et tabby d’environ 4 ans qui fut choisi pour son « haut potentiel de capture » et son « instinct de chasse » lui permettant d’avoir un « bon rendement ». Cependant, depuis son arrivée, son efficacité a été mise en doute car il semblerait qu’il préfère avant tout « tester la qualité des meubles anciens pour ses siestes » comme le mentionne le site officiel du gouvernement sur lequel le félin et sa fonction sont mentionnés !?
Malgré tout, en 2015, l’ancien ministre de l’Intérieur David Blunkett a sérieusement suggéré d’étendre les fonctions de Larry au palais de Westminster alors envahi par les rongeurs !
Dans tous les cas, ça ne l’empêche pas de recevoir aussi les différents visiteurs du Premier Ministre. En tant que chat abandonné recueilli, il est un peu méfiant avec les humains mais il semblerait que Barack Obama lui ait inspiré beaucoup plus confiance que les autres !

De 2012 à 2014, Larry eut une adjointe nommée Freya, la chatte tabby du chancelier de l’Echiquier de l’époque, George Osborne, et voisine puisqu’habitant au 11 de la même rue. Cependant, la rumeur dit qu’il entretenue des relations difficiles avec elle, ainsi qu’avec Palmerston, le chat du Ministère des Affaires étrangères. Rien concernant ses relations avec Gladstone, le chat du département du Trésor de Sa Majesté.
Comme vous le voyez, la fonction de Chief Mouser s’est développée dans d’autres services et départements du gouvernement !

Les Anglais démontrent ainsi une fois de plus leur légendaire amour pour les animaux. Celui-ci est à un point tel que l’ancien Premier Ministre, David Cameron, a dû très sérieusement démontrer qu’il n’avait rien contre le félin du bureau à l’aide d’une photo qui prouvait leur proximité. En effet, la rumeur avait été nourrie par la nouvelle du bannissement pendant un certain temps en 2011 de Larry des quartiers du Premier Ministre car ses poils envahissaient les costumes de ce dernier.

Cependant, contrairement aux craintes du peuple anglais qui ont fait le buzz sur internet avec le hashtag #saveLarry, Larry est avant tout un « fonctionnaire » du 10 Downing Street et pas le chat de la famille Cameron. Il a donc tout naturellement été maintenu dans ses fonctions malgré l’annonce du départ du Premier Ministre en juillet 2016 et a même eu droit à un petit mot d’adieu dans le discours de départ de David Cameron devant le Parlement britannique : « La rumeur selon laquelle je n’aimerais pas Larry est fausse, je l’aime. Et j’ai une photo qui le prouve. Malheureusement, je ne peux pas le prendre avec moi. Il fait partie du 10, Downing Street et le personnel de la maison l’apprécie beaucoup, comme moi ! »

Mais, Larry n’est pas à l’abri lui aussi d’un départ, car en août 2016, le Cabinet Office envisageait l’embauche d’un autre Chief Mouser. Un certain Cromwell était pressenti…!

Chasseur de souris ou mascotte ?

Les félins du 10 Downing Street ont donc leur petite célébrité et ont chacun reçu au cours de leurs années de service des cadeaux de la part des Britanniques. Que ce soit le Chief Mouser du Cabinet du Premier Ministre ou celui d’autres services, ils jouent un rôle de mascotte.

Comme le montre le démenti de David Cameron sur ses relations avec Larry, l’image du Premier Ministre et celle du Souricier en chef peuvent être liées par moment. 
Ainsi, le politologue de l’Université de Manchester, Robert Ford a mené une enquête YouGov très sérieuse sur les réactions partisanes aux chats de Downing Street. Les participants devaient, face à une photo du Chief Mouser Humphrey nommé par Margaret Thatcher dont on leur disait soit qu’il s’agissait de son chat soit de celui de Tony Blair, donner leur avis sur le félin. Les conclusions de l’enquête ont démontré que l’affinité pour le chat dépendait de l’image que les personnes interrogées se faisaient du Premier Ministre auquel on l’attribuait et de leur position partisane. Ainsi, les électeurs conservateurs aimaient beaucoup plus le chat quand on leur disait qu’il était celui de Margaret Thatcher, et les électeurs travaillistes aimaient beaucoup plus le chat quand on leur disait qu’il s’agissait de celui de Tony Blair. Ce qui permit à R. Ford de conclure que « la partisanerie façonne les réactions à tout ce que fait un politicien, aussi trivial soit-il, similaire à l’effet de halo (et à l’effet inverse de la fourche) observé par les psychologues ».

En tant que mascotte, Larry est un personnage à part entière du 10 Downing Street qui a droit à son compte Twitter (!?), un roman à son nom (« Larry Diaries: Downing Street – the First 100 Days » de James Robinson sous le nom de Larry the Cat !), et une galerie de photographies sur le site du journal The Telegraph retraçant son activité et son actualité.

Ce rôle de mascotte qui influe positivement sur l’image de son propriétaire semble ne pas avoir échappé au nouveau premier secrétaire du Parti Socialiste, Olivier Faure, qui souhaite que le siège du PS accueille un chat. Cette annonce anodine est cependant très symbolique pour un partie politique qui souhaite redorer son image, apparaître plus sympathique, et surtout montrer sa capacité à rebondir. Quoi de mieux dans ce but que de choisir d’adopter un animal très apprécié de la majorité des Français, qui est supposé avoir 9 vies, qui possède la capacité de retomber sur ses pattes, et qui se démarque du Président Emmanuel Macron et son chien Némo ?
Quel type de chat ? Avec quelle robe ? Chat de race acheté dans un élevage ou chat de gouttière adopté à la SPA ? Pour l’instant, aucune information n’a circulé sur l’identité du futur félin. Affaire à suivre…!

Visiter le 10 Downing Street et rencontrer son Chief Mouser

Comme vous le comprendrez du fait de sa fonction de lieu de travail et de résidence du Premier Ministre britannique, le 10 Downing Street est une adresse sensible au niveau de la sécurité. Le Cabinet ne se visite donc pas comme ça.

Chaque année, lors du 3ème week-end du mois de septembre, il ouvre ses portes au public dans le cadre de l’Open House de Londres (sorte de journée du patrimoine qui est une occasion unique de visiter gratuitement des hauts lieux du gouvernement britannique et de profiter de visites guidées). Cependant, la visite de ce lieu est soumise à inscription, réservation et tirage au sort afin que seuls quelques privilégiés triés sur le volet puissent entrer. 
Si vous souhaitez en savoir plus, l’Open House a lieu cette année les 22 et 23 septembre et les inscriptions ouvriront fin août sur leur site.
Même si le public peut quand même avoir accès à la célèbre rue après le passage d’un contrôle de sécurité et le respect d’un certain protocole, rares sont ceux qui ont donc réussi à franchir la célèbre porte noire.

Vous pouvez malgré tout visiter virtuellement certaines pièces du 10 Downing Street grâce à Google Art and Culture, et ce dès maintenant et depuis votre canapé ! Par ici, la visite !

En bref

Si cette célèbre adresse et son occupant félin ne vous sont pas accessibles, Internet supprime les distances et vous permet donc de découvrir le lieu de résidence du Chief Mouser et de suivre les aventures de Larry.

Mais si vous avez la chance d’être de passage dans la capitale britannique, n’hésitez pas à aller faire un tour à Downing Street pour apercevoir le Number 10, considéré par Margaret Thatcher comme « un des bijoux les plus précieux du patrimoine national », et sa célèbre porte qui restera fermée.
Cependant cela ne vous empêchera pas de rencontrer le Chief Mouser des lieux car il semble que Larry aime faire régulièrement la sieste au soleil dans la rue comme tout bon chat qui se respecte et ce quelque soit son titre !

Quelques livres si le sujet vous intéresse :

Sources : Escapades à Londres/Open House, Escapades à Londres/10 Downing Street, Wikipédia/Listes des chats du 10 Downing StreetWikipédia/Larry (chat)Wikipédia/10 Downing Street, Wikipédia/Larry (cat)Wikipédia/Chief Mouser to the Cabinet OfficeEuronews, BFMTV